Etape 52 et 53 : Fréjus / Nice 27 et 28 avril

nous avons un peu de retard sur les articles : moins d’accès internet et d’autres choses à régler en priorité… voici tout de même le résumé de nos 2 derniers jours sur le continent :

Etape 52 : Fréjus / Mandelieu : 37 kms : Lundi 27 Avril :

Nous nous réveillons il pleut et il a plu une bonne partie de la nuit. Le tonnerre gronde, nous apprécions d’être au sec dans la grande maison.

Un petit mot est glissé près de la porte, Jacqueline et Michel nous propose de prendre le petit dej chez eux et une bonne douche.

Au vue de la météo annoncée nous décidons de rester ici jusqu’au midi et de partir en début d’après midi en espérant que l’orage se calme.

Nous quittons nos hôtes en les remerciant pour leur hospitalité et partons vers 14h15.

P1080503 (Copy)

Nous rejoignons le bord de mer en coupant dans les terres jusqu’à Agay.

P1080504 (Copy) P1080505 (Copy) P1080509 (Copy)

Les enfants sont toujours aussi euphoriques quand ils voient la mer même si le temps n’est pas de la partie. Nous alternons entre grosses averses et accalmies juste le temps de sécher un peu.

Malgré ça nous apprécions le paysage magnifique entre la mer et le massif de l’Esterel avec sa roche rouge.

P1080512 (Copy) P1080513 (Copy) P1080514 (Copy) P1080515 (Copy) P1080518 (Copy) P1080525 (Copy)

Nous arrivons en fin d’après midi à Mandelieu juste avant Cannes. Nous y avions repéré un camping pas trop cher. Il tombe des seaux d’eau. Nous nous abritons à l’entrée du camping, mais l’averse dure. Fabrice essaie quand même de trouver une autre solution d’hébergement que les tentes… en vain (faut pas rêver  ici… on arrive près de cannes, les gens n’ouvrent pas la porte à n’importe qui !).

Quand l’averse s’arrête nous installons notre campement, les enfants jouent au parc de jeu et rencontrent des enfants qui viennent de Gien et Sully… le monde est petit !!!! (Bon eux on fait 9h de route pour venir là…. Nous 2 mois !!!!).

Nous mangeons à l’abri dans la salle d’accueil du camping et ne tardons pas à nous coucher pour notre dernière nuit sur le continent.

Etape 53 : Mandelieu / Nice : 47 kms : mardi 28 avril :

Il fait beau ce matin ce qui nous donne le sourire.

Après avoir plié notre campement nous montons sur selle en direction de Cannes. Nous y arrivons assez vite et profitons de la vue sur la mer d’un bleu turquoise et sur l’arrière pays montagneux.

P1080527 (Copy) P1080528 (Copy) P1080535 (Copy)

Les routes ne sont pas vraiment aménagées pour les vélos (les voitures peuvent se garer sur des pseudos pistes cyclables … pas très pratique pour les vélos !), mais nous arrivons à nous faufiler parmi les voitures.

Titou qui depuis quelques semaines est très attentif aux marques de voitures qui passent, se rend compte que nous sommes arrivés dans un autre monde… un peu plus huppé !

Nous nous ravitaillons avant de continuer en passant devant le palais du festival et les grands hôtels.

P1080554 (Copy)

clin d’oeil spécial pour « Tata Audrey » !!!

P1080539 (Copy) P1080542 (Copy) P1080552 (Copy) P1080555 (Copy)

Devant le palais du festival des coréens voyageurs en vélo sont euphoriques en nous voyant  et nous prennent en photo à tour de rôle. Les gens présents autour nous regardent… comme si on était des stars.

P1080543 (Copy)

Le festival a lieu dans même pas 2 semaines il y a donc des travaux partout sur les routes et dans la ville pour que tout soit impeccable à l’ouverture du rendez vous annuel.

Nous nous arrêtons manger sur la plage. Les enfants trempent au début les pieds dans l’eau et ça se termine en bain entier.

P1080544 (Copy) P1080545 (Copy) P1080546 (Copy) P1080547 (Copy) P1080549 (Copy)

Nous continuons notre route en passant par Golfe Juan, Antibes, longeons la baie des Anges pour arriver à Nice en fin d’après midi. La piste cyclable est formidable et nous permet de parcourir la baie des anges en toute sécurité.

P1080556 (Copy)

Nous passons près de l’aéroport d’où nous voyons un balai de décollages et atterrissages d’avions.

Nous nous arrêtons sur la plage, les enfants jouent, Fabrice discute avec un monsieur assis sur le bord et glane des infos sur la ville.

P1080563 (Copy) P1080564 (Copy)

Il reste 5 kms avant le port. Nous nous arrêtons dans le vieux Nice que nous trouvons très joli. L’ambiance y est incroyable : nous passons une petite porte en nous faufilant à travers les bouchons et nous découvrons un autre univers : le marché aux fleurs du matin se transforme en terrasses géantes de restaurant et l’ambiance des villes du sud, les petites ruelles, les sonorités italiennes sont surprenantes. Nous souhaiterions y rester plus longtemps mais l’objectif est le passage vers la corse.

P1080575 (Copy) P1080573 (Copy) P1080572 (Copy) P1080571 (Copy) P1080569 (Copy) P1080565 (Copy)

Nous avions appelé Corsica ferries le matin, un guichet pour que nous puissions prendre nos billets pour la corse est ouvert à partir de 20h, nous nous y rendons avec le sourire.

Tout le monde est excité à l’idée de prendre le bateau pour la corse ce soir.

Finalement le guichet n’ouvre qu’ à 21h,nous retournons manger face à la mer. C’est l’occasion de répondre aux questions d’un couple qui s’arrête discuter avec nous et aussi d’une jeune fille qui rêve de voyager à vélo. C’est toujours plaisant de raconter notre projet et de donner le sourire aux gens, cela nous donne aussi le sourire.

P1080580 (Copy) P1080576 (Copy) P1080582 (Copy) P1080586 (Copy)

Il est l’heure de retourner vers le guichet de Corsica ferries.

Nous passons avec succès la sécurité du port (sans aucune fouille ou recherche préalable d’engins explosifs ou autres objets dangereux, ce qui ne passe pas inaperçu aux yeux de Titouan qui fait remarquer alors que ca ne sert à rien)

Nous sommes parmi les premiers à prendre nos billets et les affaires ne sont pas si simples : Comme le bateau vient de Savone, il y a une astuce commerciale qui nous demande de prendre uns installation en plus pour créer les billets : un fauteuil (10€) ou une cabine (95€)

Le choix est vite fait et nous prenons le fauteuil obligatoire : nous en avons pour près de 50€ supplémentaires pour le passage de 4 vélos, la vie est belle pour corsica ferries

Nous sommes toutefois très contents d’avoir des billets car une dame nous signale une alerte à la bombe à Nice passée dans la journée qui a retardé un bon nombre de personnes qui passe alors le soir. Nous aurions pu nous retrouver sans billet et le message est bien passé pour le passage en Sardaigne.

Il nous faut maintenant attendre 2H pour embarquer (ce qui est très difficile pour les enfants d’abord excités et impatients de prendre le bateau mais maintenant tiraillés parla fatigue des efforts physiques et par l’heure tardive du passage)

Nous sympathisons avec des chauffeurs routiers et l’un d’eux nous propose de faire cabine commune avec l’autre chauffeur afin de nous libérer généreusement sa cabine : c’est donc en mode grande classe que nous passerons la nuit vers la Corse.

P1080589 (Copy) P1080592 (Copy)

L’embarquement se déroule bien avec un équipage à bord italien qui nous demande de tout faire vite à tel point que Manon coince un pneu entre 2 plaques de la passerelle qui se resserrent inévitablement et dangereusement : je crois même à un moment qu’il va exploser mais le schwalbe marathon est de très bonne qualité et résiste à la pression ne conservant qu’une trace de peinture jaune de la passerelle du Corsica Ferries.

P1080596 (Copy) P1080597 (Copy)

Le départ est tardif (près de Minuit) et nous voyons Nice s’éloigner et attendons Mickaël pour récupérer notre cabine.

P1080598 (Copy) P1080599 (Copy) P1080605 (Copy)

Nous nous couchons fatigués mais très heureux d’avoir réussis cette nouvelle étape. La nuit est très courte et le bruit lancinant de la climatisation a eu raison du sommeil de Nounette.

Elle sera la seule à suivre l’arrivée le long du cap Corse jusqu’à Bastia : une nouvelle partie de l’aventure se prépare.

Cet article a été publié dans Actualités. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Etape 52 et 53 : Fréjus / Nice 27 et 28 avril

  1. valea36 dit :

    Que de magnifiques paysages !!!! bonne route…

    J'aime

  2. Roseline dit :

    C’étaient de belles et sereines étapes.Cà va en Corse maintenant?
    Roseline

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s